Les vacances au ski… Ce moment où tu te retrouves face à la montagne, skis aux pieds et prêt à dévaler les pentes ! Ce moment où tu manges aussi la dose de gras pour 5 ans avec les tartiflettes, les raclettes, les fondues bref, tout ce qui est à base de fromage. D’ailleurs, le fromage c’est gras et comme tout le monde le sait (et surtout Cyril Lignac), « le gras, c’est la vie ! » et la vie, c’est le bonheur

11084277_10153135682621768_6297389422483832029_n

Bref, revenons à nos moutons. Enfin… A nos skis !

Il y a un peu plus d’une semaine maintenant, je montais dans la voiture accompagné de ma double, ma sœur et son mec, direction les Pyrénées !

Tout était parfait, le chalet à la montagne (prêté par mon oncle et ma tante que je remercie une nouvelle fois « Agnan, Marie-Thérèse, si vous tombez sur ces lignes un jour, encore merci pour tout, c’était génial grâce à vous en partie ! 😉 »), les skis loués sur l’Internet (donc moins cher), les remontées mécaniques payées et le resto d’arrivée englouti. Oui je te dis, tout était parfait !

Et là, c’est le drame !

On était parti en mode « ouais, on va pas faire les grands malades, on va kiffer à fond le ski en prenant notre temps, toussa toussa… » et c’est ce qu’on a fait !

Le deuxième jour, sur une toute petite piste bleue facile, me voilà lancé. En pleine action (je devais skier à environ 15km/h quoi… Truc de ouf !), petite butée de neige fraîche. Meurtrière.

Mon ski gauche se plante dedans, tout s’enchaîne. Mon corps svelte et fin (oui bon ça va hein) part vers l’avant, mon ski droit déchausse tout de suite et mon ski gauche fait de la résistance… Ma jambe gauche se retrouve alors tendue comme un string et là « CRACKKKK », le bruit qui fait peur, la chute, la douleur.

Ma sœur et ma Double arrivent derrière moi en mode « bahhhh !!! Tu vas payer l’apéro !!! T’es tombééééé !!! » sauf que oui. Mais non. J’ai mal, ça pique, j’ai l’impression d’avoir le genou cassé, je ne sais plus bouger bref, c’est la m**de !

Mon beau-frère Maxence, kiné, arrive sur les lieux du drame et me fais les premiers gestes (pour savoir si j’allais mourir ou pas en gros) et donc, son premier diagnostic.

Suite à cette mésaventure, Axel, secouriste des pistes arrive avec son traineau, m’embarque et m’informe que le ski pour cette année, c’est fini ! Dommage quand tu viens seulement de commencer… Mais c’est la vie et la vie des fois, c’est moche !

Le petit plus quand même, c’est que j’ai pu tester pour toi, la descente en traineau et ça, c’est la classe !

Petit morceau choisi de ladite descente

 IMG_1974 IMG_1975

Bref, par ce petit article relatant de mes exploits, je voulais remercier une flopée de gens… A savoir :

  • Axel et son équipe pour la gentillesse et la prise en charge complète de mon corps (oui parce que j’avais mal hein mine de rien) ;
  • Ma sœur Guillemette, ma Double Clélia et mon Bof Maxence (AKA « mes assistants ») pour leurs massages, leur aide, leur compassion, leur présence, leur réconfort pendant que je me faisais littéralement chier au chalet… ;
  • Toutes les personnes de l’assurance (oui parce que, eux aussi, ils ont été super sympa avec moi) ;
  • Et enfin, toutes les personnes qui m’ont aidé sur le trajet du retour (les ambulanciers, le personnel de vol, les hôtesses de l’air au petit soin avec moi…)

J’en profiterai pour finir par un petit mot pour toi, si un jour ça t’arrive :

N’hésite pas à appeler les secours d’urgence sur les pistes (enfin… Si t’as vraiment mal hein parce qu’ils me racontaient que des fois, les gens ont mal au ventre ou se sont juste coincé le petit doigt dans leur ski bref, qu’ils n’ont rien qui justifierai un déplacement (qui coûte la bagatelle de 514€ soit dit en passant) et ça, c’est chiant pour eux parce que du coup, ils peuvent passer à côté de vrais blessés !

N’hésite pas non plus à dire « oui » quand l’assurance te propose le retour médicalisé à ton domicile. Perso, j’avais dit « non », en pensant que je m’en sortirai mais la voiture quand t’as une jambe en bois, c’est chiant et ma sœur m’a gentiment fait remarquer que je payais pour ça et qu’il fallait en profiter quand on en avait besoin ! En plus, t’es bichonné tout le long de la route alors pourquoi s’en priver ? ^^

Allez, sur ce, je te laisse, je vais me faire masser le genou 😉